Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : PCF Section de Roubaix
  • PCF Section de Roubaix
  • : Des infos politiques locales et nationales
  • Contact

Recherche

Visiteurs

28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 17:41


La campagne PCF et l'écologie.
Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 17:32
Genika, membre du Conseil de Campagne de Marie-George Buffet nous offre son billet hebdomadaire : "Soigne ta gauche".

La chevauchée du lymphatique

François Bayrou obéit à une idéologie de la conciliation à n’importe quel prix.

C’est un promoteur, depuis quelque temps opiniâtre, de la pondération. Il se croit original, il n’est qu’une énième version de l’équivoque et de l’incertitude dans le paysage politique. Il plaît probablement à un certain pourcentage d’électeurs parce qu’il récuse le conflit au nom d’une pacification des esprits. Rien, selon lui, ne doit aboutir à l’affrontement.

Il ne conçoit pas qu’il existe des intérêts antagonistes et que le semblant de programme qu’il propose succombe aux contradictions et appelle la résignation du plus grand nombre.

Pour lui, il existe toujours un moyen de s’entendre, un arrangement en perspective. Il est un partisan du pour et du contre. Le "bon sens" l’anime. On connaît la chanson : il faut prendre le "bon" des uns et des autres et rejeter le "mauvais", procéder à un mélange des vertus. Le "bon sens" a bon dos.

C’est, le plus souvent, l’intelligence invoquée par ceux que les complexités rebutent. En gros, François Bayrou ménage la chèvre et le chou. Il cherche à persuader la première de ne pas trop bouffer le second, comme si d’être bouffé, ne serait-ce qu’un peu, ne constituait pas un dommage. Homme d’un juste milieu, il souhaite que les veaux promis à l’abattoir aient le droit de négocier une prime de risque avec leurs égorgeurs et que les uns et les autres mettent en commun leurs compétences respectives au nom de l’équilibre. C’est un modéré, c’est-à-dire, pour reprendre la réplique d’Anatole France « qu’il est modérément contre ». Ne rien changer tout en soutenant le contraire est son credo.

Il se refuse à formuler une mesure sociale conséquente pour n’avoir pas, dit-il, à se trahir. Il confond, ainsi, les promesses prodiguées à tort et à travers avec l’énoncé de mesures indispensables à améliorer un quotidien. Il s’inquiète de la pléthore des fonctionnaires locaux et projette d’installer des préfets ou leurs sous-fifres dans chaque quartier. Lui qui accuse ses concurrents de complaisance s’abandonne à une débauche de prudences qui mine d’emblée la moindre tentative de changement vrai.

C’est en quelque sorte un démagogue par faiblesse qui argumente ses carences en les sublimant. Il est beau, sincère, scrupuleux, et par-dessus tout, il s’insurge contre « le système ».
Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 18:13

Pour une véritable
politique industrielle

L?angoisse demeure pour les salariés d?Airbus et d?Alcatel-Lucent en ce lundi matin. Les uns ne savent pas ce que leur réserve la nouvelle mouture du plan de restructuration d?EADS. Les scénarios envisagées laissent présager le pire comme la suppression en Europe de 10 000 postes sur trois ans. Les seconds ont pu tristement se rendre compte des futilités des promesses du gouvernement.

Jeudi, en effet le ministre délégué à l?emploi Gérard Larcher, sous la pression sociale, avait envisagé la suspension du plan social durant la mise en place d?un groupe de travail avec les syndicats. Le lendemain la direction d?Alcatel-Lucent réfutait tout gel du projet de restructuration. L?équipementier a confirmé les licenciements de 15 à 25 % des effectifs en France et dans le reste de l?Europe. L?État doit imposer un moratoire et pas se contenter de gesticulations.

Pour aller à la rencontre de ses travailleurs on sent une incompréhension de leur part. Mais, aujourd?hui de plus en plus grandit la colère, surtout après les vagues successives de délocalisations qui ravagent des bassins d?emplois du Poitou aux Ardennes.

Les travailleurs ont droit à un vivre mieux,
et pour cela il leur faut des pouvoirs.


Pourtant, les carnets de commande d?Airbus sont pleins sans que cela empêche la direction du groupe de vouloir licencier pour plus de rentabilité. Ce n?est pas acceptable.

Je rejoins, le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault qui affirme : "Il ne faut pas laisser le monde des affaires décider des affaires du monde".
Il faut instaurer une sécurité sociale professionnelle pour lutter contre la précarité de l?emploi. Et pour cela il faut changer les gestions d?entreprise et mobiliser les financements nécessaires.

Les droits des salariés doivent être garantis et renforcés. Nicolas Sarkozy souhaite s?attaquer au droit de grève et aux rôles des syndicats. Ce sont pourtant des droits fondamentaux de notre démocratie. Et Sarkozy ose se faire le porte parole de « la France dure à la peine, la France dont on ne parle jamais parce qu?elle ne se plaint pas, parce qu?elle ne brûle pas les voitures (...), parce qu?elle ne bloque pas les trains ». Pourtant, il défend davantage la vision du MEDEF. Un de ses proches collaborateurs François Fillon l?illustre parfaitement lorsqu?il avance "que moins la politique s?occupe de ce qui se passe dans les entreprises, mieux c?est."

La réalité c?est que l?emploi industriel périclite. Depuis presque 40 ans, il a baissé de plus de 30 % et l?emploi total a augmenté d?un peu plus de 20 % seulement et s?est précarisé. Le poids de l?industrie dans l?économie française s?affaiblit fortement. Sa part dans la création de richesse et dans l?emploi baisse d?un tiers.

Oui il peut y avoir une politique de développement industriel mais pour cela :

 Il faut avoir l?ambition, ce que ni le gouvernement français, ni la Commission européenne n?ont, d?intervenir directement sur le système productif, sa liaison aux activités de service et sur l?environnement. S?engager aussi à diffuser en grand les nouvelles techniques de partage des connaissances et de démocratisation de l?accès à l?information et au savoir.
  Il faut relever les défis industriels contemporains et oser s?appuyer autrement sur la révolution numérique et les technologies de l?information et de la communication, en développant manifestement emplois, formations, recherche.
  Par un soutien fort à une politique audacieuse de sécurisation d?emploi et de formation et de promotion des territoires. Il faut relancer de grands projets industriels de coopération.
  Il faut cesser de laisser la recherche du profit boursier envahir tous les secteurs de production.

Une nouvelle politique industrielle verra le jour à cinq conditions :

1. La promotion des NTIC pour relever les défis de la révolution numérique, des mutations sociales et des aspirations démocratiques avec la transformation des « pôles de compétitivité » en pôle de coopération.

2. La volonté de sauver les territoires sinistrés par la casse industrielle et qui ont besoin d?emplois nouveaux à grande échelle et d?un essor massif des qualifications.

3. Des financements nationaux et européens, des incitations financières efficaces pour impulser des activités, donner de l?ampleur aux investissements, avec une mobilisation nouvelle du crédit, jusqu?à une réorientation de la BCE.

4. Une hausse forte des efforts de recherche et de formation.

5. L?application et le développement de la loi contre les délocalisations déposée au Parlement par le groupe communiste.
Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 14:49
Intervention faite par
Nawal Badaoui au nom du groupe communiste, lors du conseil municipal du 21 février.


« Nous avons assisté ces dernières semaines aux douloureuses évacuations par la police nationale des locaux de la FAL et de la CGT, d'hommes, de femmes et de familles qui avaient choisi de mettre sur la place publique la question essentielle de la régularisation de tous les sans papiers.
Avec fraternité, nous avons été à leur côté pour porter toutes leurs revendications:
−    La régularisation de tous les sans-papiers
−    Un local pour pouvoir se réunir, être accueilli dans d'autres conditions, ...
−  La remise par le Préfet des noms des personnes qu'il a promis de régulariser en Juin 2006 avec l'attribution des titres de séjour correspondant
−  La remise d'un récépissé permettant la libre circulation pour tous les sans-papiers.
−  La participation du Maire de Roubaix lors des rencontres avec les associations du collectif de soutien.

Pour favoriser cela, le collectif de soutien aux sans-papiers de Roubaix composés de la FAL, de la LDH, de la Pastorale des Migrants, de la CGT, du MRAP, ... demande à Monsieur Le Maire de les accompagner durant une certaine période lors de leur rendez-vous mensuel avec le Préfet pour témoigner au nom des roubaisiens.

C'est pourquoi, les élu-e-s communistes, s'interrogent sur les actions que vous entendez mener pour améliorer les conditions d'accueil et d'accompagnement des familles résidant à Roubaix et qui demandent l'asile ou un titre de séjour. »

En réponse à cette intervention, Monsieur Le Maire nous a invité à nous référer à l'allocution de la la candidate du Parti socialiste sur TF1 pour connaître sa position sur la question des sans-papiers.

Pournotrepart, nous vous invitons à lire les 75 propositions de la CIMADE, que vous pouvez trouver sur le le site de cette association.  Ce document est d'une vérité et d'une mesure à laquelle nous nous référons plus volontiers.

Retrouvez les 75 propositions sur : http://www.cimade.org
Repost 0
Published by Nawal Badaoui - dans Politique Roubaix
commenter cet article
25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 18:33
Le 28 janvier Les Elus communistes de Wasquehal envoyaient un courrier au député Maire de Wasquehal concernant la construction de logements à Wasquehal

Monsieur Remignon, directeur général du Groupe CMH à répondu :


Le Directeur Général

Monsieur Francis PROVOST
Conseiller Municipal
Mairie de Wasquehal
1, rue Michelet
59290 WASQUEHAL

Villeneuve d'Ascq, le 9 février 2007

Monsieur,


Ayant pris connaissance par voie de presse de votre lettre ouverte à Monsieur Gérard Vignoble, je tiens à vous apporter quelques précisions au sujet de nos programmes de construction sur la ZAC du Grand Cottignies.

Cette opération, dont vous mettez en doute le caractère social, a précisément été conçue, à la demande de Monsieur le Maire, Président de la SWEM, afin de favoriser la mixité sociale.

En effet, la péréquation financière établie permet d'assurer une diversité entre locatif social, locatif non conventionné et accession à la propriété. Ainsi, 30 logements locatifs PLUS de grande qualité verront-ils le jour au cœur même de ce programme auquel ils sont pleinement intégrés. Cela représente plus de 25 % des habitations construites par notre Groupe sur cette zone, ce qui donne à cette opération toute sa dimension sociale.

Par ailleurs, dans la partie accession à la propriété nous proposerons 14 logements à moins de 300 000 €, soit en moyenne 2700 € par m2 habitable, ce qui, compte tenu dé la localisation de cette opération, représente un prix très raisonnable.

Notre objectif, à Wasquehal comme partout ailleurs, est de créer des quartiers où il fait bon vivre en proposant des produits diversifiés susceptibles de créer des équilibres de population favorables au bien-être de chacun. Notre intervention sur la ZAC du Grand Cottignies en est une très belle illustration.

La vocation de notre Groupe est de favoriser l'accès au logement de tous les ménages, et notamment des salariés les plus modestes, en nous appuyant non sur une logique de paupérisation croissante mais au contraire sur une dynamique positive seule à même de redonner à notre Région des perspectives de développement favorables à chacun.

Espérant vous avoir convaincu que nous remplissons bien, à Wasquehal comme ailleurs, notre mission d'intérêt collectif, je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.
Philippe REMIGNON


Copie : M. VIGNOBLE - Mairie de Wasquehal
NORD ECLAIR

Ce courrier mérite bien une réponse ....

Monsieur Philippe REMINGON
Directeur Général
Groupe CMH
74 rue Jean Jaurès BP 10430
59664 Villeneuve d’Ascq
Monsieur le Directeur Général,

J’ai bien reçu votre réponse à mon intervention publique concernant la construction de logements sociaux sur notre commune de Wasquehal.
Je vous suis gré de l’intérêt que vous portez aux positions de l’élu communal que je suis et qui visiblement ne vit pas sur la même planète que vous. À moins que cela soit vous qui ne viviez pas dans le même monde que la grande majorité de nos concitoyens.

Vous terminez votre réponse en espérant « m’avoir convaincu que vous remplissiez bien votre mission d’intérêt général ».
Je suis au regret de vous dire que, si l’intérêt général c’est d’utiliser au mieux les fonds issus de l ‘épargne populaire, de combattre ces fléaux que sont, le manque crucial de logements sociaux, la lutte contre le logement insalubre, la spéculation immobilière en rendant accessible à notre population des logements sociaux de qualité, vous ne remplissez pas votre mission.

Vous vous satisfaisez du fait que sur le programme de construction du Grand Cottignies, 14 logements en accession à la propriété seront mis sur le marché à moins de 300 000 € !
Franchement, estimez vous vraiment que ces logements seront accessibles aux ménages constitués par « les salariés les plus modestes » comme vous le précisez dans votre réponse ?

Dans votre publicité internet il est proposé :
➢    10 logements TO4 de 255 000 à 310 000€
➢    23 logements TO5 de 308 000 à 415 000€
➢    06 logements TO6 de 457 000 à 495 000€

Persistez-vous à considérer qu’un seul de ces logements est accessible à un ménage de salarié modeste ?

Je vous invite à consulter quelques opérateurs financiers  qui accompagnent nos concitoyens dans les opérations d’accession à la propriété.
En ce qui me concerne, je l’ai fait auprès d’une banque sérieuse de bonne réputation.

➢    Si un ménage est constitué de deux salariés payés au SMIC, (ce qui est la grande majorité des salariés que vous qualifiez de plus modestes), ils ont un revenu mensuel maximum de 2 500 € , en prenant le pourcentage maximum d’engagement (33%), ils peuvent rembourser 800 € par mois , cela leur ouvre un prêt de 157 000 € permettant l’acquisition d’un bien de 152 000 €. Le TEG étant de 3,68 % .
Ce prêt est aussi soumis à une condition  importante par les temps qui courent : détenir un emploi stable ! Vous en conviendrez, cela élimine un bon nombre de salariés.

➢    Dans les mêmes conditions que ci-dessus, pour obtenir un prêt de 285 000 € il faut être en capacité de rembourser 1 450 € par mois donc avoir un revenu mensuel de 4 500 € .

Est-ce le cas des ménages de salariés que vous qualifiez de « plus modestes » ?

Certes, le quartier dans lequel seront construits ces logements est de haut de gamme. Les constructions sont donc directement impactées par cet environnement, mais est-ce le rôle d’un organisme dit de « logement social » de s’engager dans de telles opérations ?
 La « mixité sociale » que vous décrivez dans votre courrier n’a rien à voir avec la réponse aux réels besoins des gens modestes, payés au SMIC, à temps partiel imposé et autres contrats précaires, victimes de la financiarisation extrême de notre société.

Autre point que je souhaite soulever :

Mon courrier s’adressait d’abord au Maire de notre commune (qui d’ailleurs, contrairement à vous n’a pas daigné me répondre).
Je soulevais dans mon propos le déséquilibre flagrant sur notre commune entre les logements de haute facture et les logements sociaux.
J’ai donc soulevé la possibilité ouverte par « la loi Borloo » de répondre à certains besoins sociaux par la construction de maisons dites «  à 100 000 € » d’autant plus que la commune de Wasquehal dispose de terrains communaux qu’elle vend, chèrement, à des promoteurs immobiliers privés alors que ceux-ci pourrait avoir une toute autre utilisation sociale.

Je vous pose une question, Monsieur Remignon : votre organisme est-il partant pour  étudier la faisabilité de telles opérations ?
Si oui, je vous invite vivement à prendre contact avec notre Député Maire, qui se fera, j’en suis sûr après son intervention dans le journal Libération reprise sur son Blog, un devoir d’organiser une séance de travail sur cette question. Il va de soi que si je suis invité, je serais ravi de vous y rencontrer et de travailler avec vous à la mise en œuvre de solutions réellement  destinées aux ménages composés de salariés modestes, en difficultés ou victimes de délocalisations, de fermetures d’entreprises, en un mot de cette politique libérale qui fait tant de dêgats parmi les plus faibles et les plus vulnérables.

Je n’espère pas vous avoir convaincu de quoi que ce soit, mais simplement vous avoir sensibilisé aux dures réalités de notre monde qui privilégie la rentabilité financière aux bonheurs des femmes et des hommes qui par leur travail créent les richesses de ce Pays qui, rappelons-le est aussi le leur.

Recevez, Monsieur le Directeur Général, mes sincères salutations.

Francis Provost

Conseiller Municipal PCF de Wasquehal.


Repost 0
Published by Provost Francis - dans Croix - Wasquehal
commenter cet article
25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 11:22
Extraits de l'intervention de Françoise Thilliez

au Conseil Régional

concernant la Formation Professionnelle


-   " … L’accès à la formation continue reste l’apanage des salariés les plus qualifiés travaillant dans les grandes entreprises. Les salariés des PME et les demandeurs d’emploi en bénéficient peu.…
- Notre Institution n’a pas attendu la décentralisation pour agir avec l’ensemble des acteurs institutionnels. Néanmoins, les difficultés persistent avec l’Assedic et l’ANPE, ce qui favorise l’exclusion sociale …
- C’est pourquoi il est urgent et nécessaire de réorienter plus efficacement la dépense publique en matière de formation professionnelle….
- Il faut aussi déboucher sur le projet de « l’Ecole de la 2ème chance » afin d’offrir des perspectives d’avenir aux 6 000 jeunes de notre région qui sortent, chaque année, du système scolaire sans formation…
- Il faut intensifier la lutte contre l’illettrisme…
- L’objectif commun doit conduire à avancer vers une Sécurité-Emploi-Formation pour tous.

Cela passe entre autres par la création d'un Service Unique et Public Régional de la Formation et de l'Insertion Professionnelle qui doit agir pour la sécurisation des parcours professionnels ..."
Repost 0
Published by Françoise Thilliez - dans Politique Roubaix
commenter cet article
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 17:20
Madelin discret conseiller de Bayrou

François Bayrou, a bénéficié des conseils d'Alain Madelin pour son programme économique. L'ancien président de Démocratie libérale se sent plus proche, sur bon nombre de points, du candidat de l'UDF que de celui de l'UMP. Son ancien bras droit, Hervé Novelli, doit déjeuner avec le député (UMP) d'Ille-et-Vilaine en début de semaine pour tenter de le ramener à de meilleures dispositions.

Voilà une bonne recrue digne de confiance et certainement de bons conseils :

Extrait de la biographie de Madelin :

Choqué par les accords d'Évian, il s'engage dès ses 16 ans pour la cause nationaliste et devient familier des bagarres avec les militants d'extrême gauche. En 1963 il est à la Fédération des Etudiants Nationalistes où il est responsable de l'action militante, il sera blessé à l'entrée du lycée Turgot dans une bagarre entre lycéens communistes et membres de la FEN. En 1964, alors qu'il étudie le droit à Assas, il est l'un des fondateurs du mouvement Occident, mouvement étudiant d'extrême droite, avec Gérard Longuet et Patrick Devedjian.
Revenant sur cette époque, il déclare qu'il s'agit d'un
« anticommunisme militant, extrême et passionné, qui a accompagné une bonne partie de ma vie d'étudiant. »
Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 16:57
Déclaration des Elus PCF lors du Conseil Municipal du 21 février 2007

Monsieur le Maire, chers collègues,

Dans le cadre du débat d’orientation budgétaire le groupe communiste voudrait vous faire part de ces inquiétudes et de ses réflexions avant le vote du budget dans quelques semaines.

Avant tout nous ne pouvons que nous féliciter du respect des engagements de l'Etat dans l’augmentation de notre dotation de solidarité urbaine, même si nous pouvons constater globalement au-delà du cas exceptionnel de notre ville un désengagement de l’état dans le financement des collectivités locales et une augmentation des domaines de compétences de celles-ci qui est bien souvent peu voir pas compensée par les dotations de l’état.

Cette DSU complémentaire est attribuée au regard d’une situation sociale dramatique sur notre ville.
Pour rappel, en quelques chiffres :
- Plus de 7 000 bénéficiaires du RMI,
- 1/3 de notre population bénéficiaire de la CMU,
- Plus de 40 % de la population en dessous du seuil de pauvreté.

Comme vous pouvez le constater cet argent est nécessaire pour améliorer la situation des plus précaires de nos citoyens. Nous espérons que les choix budgétaires se feront sous l’angle de ces nécessités.
C’est le cas quant au soutien affiché aux acteurs de la politique de la ville (+ 1000000 € d’aides apportés aux acteurs associatifs pour compenser la baisse des fonds européens et soutenir le réseau associatif).
Néanmoins 245 postes d’insertion et 35 postes d’encadrements sont condamnés à disparaître si nous ne nous mobilisons pas pour défendre de nombreux acteurs associatifs travaillant depuis des années sur notre territoire.
Cela veut dire aussi concrètement que plus de 360 personnes ne pourront pas bénéficier cette année d’un soutien par le biais d’un contrat aidé pour favoriser une réinsertion sociale que permet ce type de contrat. Il est clair que cela ne conduit pas obligatoirement vers l’emploi immédiat, mais cela constitue une vraie utilité sociale, une nécessité de solidarité pour une population stigmatisée.  Aujourd’hui les 4 millions d’euros complémentaires de la DSU doivent permettre de consolider, renforcer la solidarité avec les plus démunis de notre ville, de favoriser la réduction des prestations de base autour de l’animation,  du coût de la restauration scolaire, de l’accessibilité aux ateliers culturels pour tous, voir d’entamer un vrai débat sur la gratuité pour tous pour ces services de bases.


Nous nous interrogeons aussi sur l’augmentation des droits perçus sur la vente de biens immobiliers sur notre ville.
On peut bien sûr se réjouir d’une augmentation de nos recettes. 
Mais cette augmentation veut-elle dire pour autant qu’un grand nombre de roubaisiens peuvent accéder à la propriété, ou plutôt que Roubaix continue à être un lieu d’investissement rentable pour des propriétaires peu scrupuleux venant faire des bonnes affaires sur le dos d’une population précaire ?

Nous constatons depuis bien trop longtemps malheureusement cette triste réalité : qu'en est-il vraiment et quels moyens nous donnons-nous pour lutter contre celle-ci ?

Repost 0
Published by Fabrice Belin - dans Politique Roubaix
commenter cet article
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 15:38

Pour François Bayrou, La finalité de la social-économie : le progrès social

Question :
Pour qui ? pour celles et ceux qui peuvent se payer des logements sociaux à 400 000 € ou des résidences privées à 600 000 € ?

La misère, les difficultés de la vie, il ne connaît pas, son monde n'est pas le nôtre !
 
quelques éléments de sa déclaration :

Comment se fait la modernisation de l’État ? Le rapport récent de l’inspection des finances donne des exemples édifiants. La décentralisation des compétences n’a pas entraîné de diminution du nombre des fonctionnaires. Entre 1982, date du début de la décentralisation des compétences, et 2007, l’État a augmenté le nombre de ses fonctionnaires de 250 000 et les collectivités locales de 500 000 !
... Cette interdiction s’accompagne d’un calendrier pour supprimer le déficit de fonctionnement : suppression en 3 ans des 22 Mds€ de déficit de fonctionnement du budget de l’Etat.

En faisant la liaison entre les deux paragraphes, on a vite compris sur quoi se porteront les économies !

La  réforme des retraites est une obligation nationale. Car ni le retour en arrière ni l’immobilisme ne régleront la question.
- J’inclurai naturellement les régimes spéciaux.

Il faut créer un environnement amical pour l’entreprise, y compris fiscal, particulièrement pour les PME. Tout contrôle devrait être précédé d’un conseil, d’un avis, comme on ferait pour un ami, au lieu de sacrifier à la culture d’inquisition et de suspicion.
Je crois en tout cas qu'une baisse des charges déclencherait la création de nombreux emplois. Et pour le vérifier, je propose un test grandeur nature qui peut se faire immédiatement. Toute entreprise aura le droit de créer  deux emplois nouveaux sans charges pendant cinq ans. Sans charges, sauf 10 % destinés à améliorer le financement des retraites.

Quoi de neuf ? du déjà vu, du déjà fait ... résultats : Augmentation des déficits sociaux !

Défendre la banque centrale

Rendre du pouvoir d’achat aux Français …


Pas un mot sur la valeur du SMIC et son évolution !

Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 19:20


La Politique internationale dans la campagne
Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article