Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : PCF Section de Roubaix
  • PCF Section de Roubaix
  • : Des infos politiques locales et nationales
  • Contact

Recherche

Visiteurs

30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 16:34


Pour se rendre au meeting de Marie George BUFFET,
le 10 avril 2007,

les sections de l'Agglomération Roubaisienne et de Wattrelos organisent un transport en bus.


> Départ de Wattrelos : Espace Aragon 99 rue Pierre Catteau 17h 30
> Départ de Roubaix siège de la section 2 rue Allart : 18h

Pour réserver vos places, prennez contact avec les sections ou envoyez un mail à
 provost.francis.cesr@wanadoo.fr


Venez nombreuses et nombreux
Tout dépend de NOUS !
Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 10:53

Notre Camarade Michel Ghesquiére, Militant de longue date nous a quitté cette semaine.

Nous adressons nos condoléances fraternelles à Marie thérése, son épouse et à toute sa famille.

HOMMAGE PAR PIERRE CHARRET AUX OBSEQUES DE MICHEL GHESQUIERE le 27 Mars 2007

"Au nom de la Section du PCF, de son Amicale des Vétérans et de ses nombreux amis, je viens rendre hommage à notre regretté Camarade Michel.
Avec lui disparaît un des derniers témoins de la tragédie de 1940 où nos généraux furent  incapables d’arrêter l’invasion hitlérienne et où Pétain et son gouvernement capitulèrent, livrant près de 2 millions de soldats français à l’envahisseur.
Michel, le jeune ouvrier tisserand était de ceux qu’on allait emmener en captivité en Allemagne. Ils ne savaient pas qu’ils y passeraient 5 longues années.
Une dure captivité attendait Michel. Après une tentative d’évasion, c’est à la terrible prison de Rawa-Ruska qu’il va être interné.
Avec ses compagnons, ils attendront longtemps le débarquement allié espéré mis qui n’arrivera qu’en 1944 alors qu’approche l’armée rouge libératrice.
A son retour en 1945 il trouvera une région dévastée où il faudra, dans les difficultés, refaire sa vie. Il adhère au PCF qui anime alors l’effort de reconstruction de la France avec ses ministres récemment libérés aussi des prisons et des camps hitlériens.
Pendant de longues années, Michel vendra chaque matin « LIBERTE ». Et lorsqu’il travaillera à la CIMA, il restera avec ses camarades, chaque dimanche, diffuseur de la presse communiste, toujours en contact de la population ouvrière de Croix qui l’élira au Conseil Municipal reconnaissant son dévouement désintéressé.
Tout en élevant avec affection, avec Marie-Thérèse, ses 5 enfants, il poursuivra son activité militante jusque dans ses années de retraites et il participait récemment encore aux réunions de son parti.

Après tant d’épreuves, il restait confiant dans son idéal.

L’évocation d’une existence si semblable à celle de toute une génération de travailleurs exploités par des patrons qui ferment aujourd’hui les usines et mettent à l’abri leurs fortunes à l’étranger, nous confirme quant à  nous dans notre volonté de poursuivre ton combat, Michel, pour une société plus juste, fraternelle et pacifique.
Avec la jeunesse à qui il appartient maintenant de reprendre ce flambeau, la détermination dans la récente lutte qui mit le CPE montre que nous avons raison de lui faire confiance.
Elle n’acceptera pas cet avenir bouché, de précarités, de bas salaires, de chômage, qui la prive des moyens de fonder une famille, cette société de  plus en plus autoritaire qui bafoue les libertés démocratiques et détruit les acquis sociaux.
C’est sur cet espoir, Michel, que nous t’adressons ce dernier adieu et présentons à Marie-Thérèse, ta courageuse compagne, ainsi qu’à tes enfants et à toute ta famille, nos condoléances les plus fraternelles."


Repost 0
Published by Provost Francis - dans Croix - Wasquehal
commenter cet article
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 08:03
Dimanche 1er avril 11H.45   
Espace Eluard 183 Grand-rue Roubaix

les communistes de la cellule François Dugardin à Roubaix vous invitent à un
Apéro citoyen.


Elections présidentielles :
la Politique peut elle encore changer nos vies ?
Au premier tour des présidentielles le 22 avril 2007 :
>  Comment faire respecter le vote Non
à l'Europe ultraliberale du 29 mai 2005 ?
> Comment répondre aux besoins d'emploi, de
pouvoir d'achat, de logement , d'education, de santé de la population ?
> Une reelle
alternative de gauche est elle possible en France ? avec une gauche qui gagne et qui réussisse dans son action ?

A titre indicatif les entreprises du CAC40 annoncent des profits
pour 2006 de 98 milliards € .....
Venez avec un ami, un voisin, ...
 nous avons beaucoup de choses à nous dire.
Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article
26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 11:56

"Pour continuer l'Europe, il faut la changer en la rendant aux citoyens !"

Réaction de Marie-George Buffet à l’occasion du 50ème anniversaire de la signature du Traité de Rome :

"Au-delà des célébrations édifiantes auxquelles il va donner lieu, le cinquantième anniversaire du traité de Rome, qui a fondé la CEE devenue depuis 1993 l’Union européenne, est une occasion de s’interroger sur la réalité et, plus encore, sur l’avenir possible de cette Union.


L’Europe, c’est-à-dire la mise en commun des atouts, des capacités de travail et d’innovation, des conquêtes sociales et démocratiques de ses peuples est une nécessité pour répondre au défi actuel d’un développement fondé sur la satisfaction des besoins humains et sur le respect de la planète.

Mais ce n’est pas dans cette direction que les institutions et les politiques de l’Union européenne la conduisent. Celle-ci est plongée dans une crise profonde, qui ne cesse de s’aggraver : crise économique, sociale, politique ; crise de confiance de ses peuples dans son projet même qui va jusqu’à une crise de légitimité.

Les « non » français et néerlandais en ont été le révélateur. Ils ont été de grands actes salutaires pour l’Europe, parce qu’ils ont empêché la constitutionnalisation des règles du capitalisme financier et de la soumission à l’OTAN pour l’ensemble des pays européens. Ils ont signifié le refus des peuples européens de la dictature de la « concurrence libre et non faussée » destructrice des garanties sociales, des services publics, des souverainetés populaires et leur exigence d’une Union européenne refondée sur d’autres bases. Les grandes lignes de cette refondation se dessinent à partir de la vie même. Elles prennent racine dans les mobilisations contre la directive Bolkestein et la précarité, pour la défense du service public ou contre la guerre d’Irak ; dans les exigences formulées par le mouvement syndical européen, les altermondialistes, les forces politiques progressistes, les multitudes de débats sur les alternatives au traité constitutionnel. Elles sont posées au travers les luttes pour une politique industrielle et énergétique européenne et la reconquête publique du fleuron de l’industrie européenne que représente Airbus.

Il n’y a pas d’avenir dans le choix des dirigeants actuels de l’Union européenne qui veulent contre la volonté de ses peuples poursuivre la marche forcée dans le sens du libéralisme en tentant de « sauver », d’une manière ou d’une autre, la Constitution libérale. Le choix du peuple français doit être respecté.

Avec les femmes et les hommes de gauche, avec les salariés qui ont dit « non », j’exige que la France retire sa signature de ce traité et qu’elle propose d’engager un grand débat à l’échelle des peuples européens pour un nouveau traité fondamental, ratifié par référendum, qui permette de libérer l’Europe de ses politiques et de ses institutions libérales.

L’élection présidentielle en France constitue un enjeu européen. Contribuer à rassembler celles et ceux qui contestent les politiques libérales et aspirent à des changements profond de l’Europe est une des dimensions essentielles de mon engagement et de mon combat. Comme jamais depuis le début de l’aventure européenne, pour continuer l’Europe, il faut la changer en la rendant aux citoyens.

Marie-George Buffet, candidate de la gauche populaire et antilibérale  Paris, le 25 mars 2007.
Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 15:21
Intervention de Marie-George Buffet à l'occasion de sa rencontre avec les syndicalistes à Montreuil, mardi 20 mars 2007

« Au cours d'un débat avec plus de 400 syndicalistes issus de cinq organisations syndicales différentes, 400 hommes et femmes travaillant dans tous les secteurs de la vie économique, j'ai pu vérifier combien ces salariés et ces fonctionnaires étaient partagés par une même ambition :
Devant les menaces qui pèsent sur l'avenir de leur métier, face à la dégradation de leurs conditions de travail, tous et toutes ont la même volonté d'être écoutés. Tous et toutes ont la même envie d'être utiles à leurs collègues comme au développement de leur métier. Tous et toutes montrent le même attachement à leur travail et à la reconnaissance de son utilité sociale.
Tous et toutes développent des propositions particulièrement riches pour leur entreprise.
Mais aucun n'est jamais véritablement entendu.
Aucun n'est entendu parce que trop souvent, le code du travail, les droits des salariés et de leurs représentants ne sont pas respecté.
Aucun n'est entendu parce que trop souvent, les choix de gestion de leurs entreprises ou de leurs services publics sont dominés par des logiques financières et comptables, à mille lieux des besoins économiques et sociaux de notre peuple.
Aucun n'est entendu, avec toutes les conséquences que l'on connaît : le démantèlement de notre industrie et des services publics, la baisse du pouvoir d'achat des salariés et de leurs familles, la désertification de régions entières touchées par des années de crise et de repli de l'Etat.

Cette situation doit cesser. Les actionnaires, les patrons, les serviteurs du grand capital ne peuvent continuer à décider seuls du sort de nos vies, de notre pays. La démocratie et la citoyenneté doivent rentrer dans l’entreprise comme l’entreprise doit être au cœur de la démocratie.

Dans cet esprit, je suis évidemment favorable à ce que toute loi concernant la modification du code du travail soit précédée par une négociation.
Mais les règles de la conclusion des accords doivent changer. La validité d'un accord social ne doit reposer que sur la règle de l'accord majoritaire en voix.
La définition de la représentativité des organisations syndicales et patronales doit être désormais fondée sur le résultat d'élections démocratiques.
Je sais qu'un débat existe quant au type d'élection qui doit être pris en compte. Ma position n'est pas fermée à ce propos. Ce qui importe est que le processus de mesure de la représentativité concerne tous les salariés, ceux des grandes entreprises comme ceux des PME, ceux du privé comme ceux de la fonction publique, qu'il permette d'établir une nouvelle situation de représentativité dans un délai raisonnablement court, qu'il atteste de l'implantation réelle des différentes organisations syndicales dans les entreprises et dans les branches.
Sur ces bases, nous examinons de manière ouverte les différentes propositions en présence et souhaitons que les organisations syndicales puissent elles-mêmes aboutir à une proposition rassembleuse.
A partir de cette démocratisation des relations sociales, je crois en la nécessité d'aller bien plus loin dans le rôle devant être reconnu aux organisations syndicales.
Les syndicats, et à travers eux les salariés, doivent disposer du pouvoir d'intervenir dans la définition des stratégies des entreprises. Ils doivent se voir reconnus un droit suspensif sur les licenciements collectifs avec la possibilité de présenter des propositions alternatives qui feront l'objet d'un processus de débat approfondi avec les directions d'entreprise mais aussi les territoires et l'Etat, les élus et les populations. Ils doivent être en mesure d'opposer aux stratégies financières de leurs directions des choix de développement durable de l'activité, de l'emploi, des salaires et de la recherche.
La reconnaissance de ces nouveaux pouvoirs constituerait un immense progrès démocratique. Mais elle aiderait aussi à fonder notre développement économique sur d'autres bases que celle des profits, de la rentabilité financière et du mépris des salariés.
C'est tout l'enjeu de cette campagne : continuer la fuite en avant dans le libéralisme et la destruction de notre économie, ou bien se donner les moyens nécessaires pour éradiquer le chômage et répondre enfin aux besoins humains. »

Marie-George Buffet, Candidate de la gauche populaire et antilibérale  Paris, le 19 mars 2007
Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 10:46
Conseil Municipal du 17 mars 2007)
Au nom de l'opposition, Francis Provost, Conseiller Municipal Communiste a fait l'intervention suivante lors du débat concernant les orientations Budgétaires :
Monsieur le député-maire, Mesdames messieurs les conseillers,

Comme chaque année, nous abordons dans notre Conseil Municipal une délibération qui devrait être importante. Elle devrait faire l’objet d’informations précises sur un certain nombre de points afin de permettre la bonne compréhension des éléments évoqués par les uns ou les autres.

Si le contenu des débats n’est pas précisé de façon formelle par les textes, des recommandations existent ; je n’en citerais que quelques-unes.
Dans certaines publications officielles, nous pouvons lire :
 À l’occasion du débat un rapport d’orientation budgétaire est établi, les exécutifs locaux y présentent différentes informations pouvant servir de base à la discussion, avec par exemple:
➢    Des données sur le contexte budgétaire comme :
-    L’environnement économique local et national,
-    Le contexte financier,
-    Les orientations budgétaires de l’Etat ou d’autres collectivités, concernant le secteur public local et l’impact sur la collectivité …
➢    Et aussi une analyse de la situation financière de la collectivité comme :
-    L’évolution des principaux postes budgétaires,
-    Les marges de manœuvres (l’épargne, la fiscalité, l’endettement),
-    Les modes de financement des dépenses d‘investissement,
-    La présentation consolidée des résultats afférents au dernier exercice connu, (même si ceux-ci n’ont pas encore été validés par le vote sur le budget administratif),
-    L’état du patrimoine, des emplois permanents …
➢    Et enfin les perspectives pour l’année à venir et la prévision pluriannuelle des investissements … cette liste n’étant pas exhaustive.

En ce qui nous concerne, dans ce Conseil Municipal de Wasquehal nous devons nous contenter de la délibération copiée - collée chaque année, qui précise :
➢    Les objectifs, c’est-à-dire :
Maintenir les orientations politiques de la commune en direction du désendettement en favorisant les investissements et le maintien d’une maîtrise des dépenses de fonctionnement,

➢    Et les paramètres de réalisation :
Augmenter la fiscalité d’un demi-point et emprunter à hauteur de 2 135 000 €.

C’est donc sur la base de ce rapport que nous devons échanger.

Il est clair que pour vous, Monsieur le Député – maire, cette délibération est un passage obligé, une corvée, voir une perte de temps puisque de toute façon vous ferez ce qu’il vous plaira au cours de cette année.

Si les observateurs de cette séance peuvent s’émouvoir de la médiocrité des débats, il est clair, pour nous, que cette médiocrité est générée par celle du document fourni pour la préparation de ce débat, par sa pauvreté, par son inconsistance.

Ceci dit, je ne vais pas reprendre tous les éléments que j’avais fournis pour le débat de 2006 sous forme d’un document argumenté et étayé car vous avez fait la démonstration que vous vous considérez comme seul détenteur de la vérité, de la science infuse.

J’aborderais cependant quelques points contenus dans votre délibération :

➢    Premier point : Maintenir les orientations en direction du désendettement, en empruntant à hauteur de 2 135 000 €, cela veut donc dire que sur l’exercice 2007 les annuités libérées sont supérieures à celles que va générer cet emprunt.
-    Question : quel sera le montant de l’annuité de cet emprunt et quel est le montant des annuités libérées ?

➢    Deuxième point : Tout en favorisant les investissements.
-    Question : de quelle nature sont ces investissements prévus en 2007 ?, à quels besoins répondent-ils ?

➢    Troisième point : le maintien d’une maîtrise de fonctionnement.
-    Question : en sachant que plus de la moitié du budget fonctionnement est consacrée aux charges de personnel, quels sont les axes d’actions qui vous permettront la maîtrise des dépenses de fonctionnement, sur quoi allez-vous peser pour atteindre cet objectif ?

➢    Quatrième point : augmenter les taux de fiscalité d’un demi-point.
-    Constat : La taxe d’habitation était à 31,87% en 2002, elle sera à 34,87 % en 2007 soit une augmentation de 9,41 % qui s’applique sur des bases ayant elles-mêmes augmenté de 8,79 %. La facture de la taxe d’habitation, à situation inchangée, aura augmenté de 29,76 %.
En ce qui concerne la taxe foncière sur le bâti, elle était à 28,44 % en 2002, elle sera à 31,44% en 2007. Son augmentation de 10,55% s’applique sur des bases ayant évolué de 8,71 %. La facture de cette taxe sur le foncier bâti, toujours à situation inchangée aura augmenté de 20,79 %.
Plus de 20 % sur le foncier bâti, près de 30% sur la taxe d’habitation, c’est surtout ce que les Wasquehaliennes et les Wasquehaliens retiendront de ces 5 dernières années.
-    Question : alors que la loi de finance prévoit un bouclier fiscal à 60 %, que certains candidats propose même de le passer à 50 % des revenus, incluant impôts sur le revenu, sur la fortune, impôt pour toutes les collectivités, visant ainsi à protéger les plus aisés, ceux qui peuvent aller vivre comme des nababs à l’étranger, ne trouvez-vous immoral, scandaleux de presser ses concitoyens qui n’ont rien des « rois du pétrole » comme des citrons pour pouvoir continuer à vivre au dessus de ses moyens ?
-    Envisagez-vous de réduire le train de vie de notre collectivité ?, de sortir des manifestations gratuites subventionnées par l’impôt de tous les Habitants mais ne servant que la passion ou le hobby de certains ?

-    Il ne suffit pas d’inscrire sur un blog : « Toute proposition faite par l’UDF est chiffrée et financée autrement que par l’augmentation du déficit. Les dépenses sont réorientées, des économies seront réalisées. » nous aurions aimé voir dans la présentation de la délibération : «  Nos propositions sont chiffrées et financées autrement que par l’augmentation de la fiscalité locale. Les dépenses sont réorientées et des économies dans tel ou tel domaine seront réalisées » .
-    Vous expliquez, toujours sur votre blog «  avoir refusé de voter le budget de l’Etat qui ne traduisait aucune maîtrise des dépenses publiques, aucune volonté de réduire l’endettement ou de baisser les prélèvements. ». Un constat s’impose : vous êtes beaucoup plus soucieux de la baisse des prélèvements sur les bénéfices des entreprises ou les contribuables les plus aisés que des ponctions sévères que vous imposez à nos concitoyens.
Que vous le vouliez ou non c’est cela le clivage droite / Gauche et à mon avis il n’est pas prêt de disparaître.


➢    Dernier point que je souhaiterais aborder, c’est celui du patrimoine communal en général et le foncier en particulier.
-    Depuis de nombreuses années nous avons souhaité disposer d’un état exhaustif du patrimoine communal, de son état, de son utilisation… etc.
Comme je l’avais déjà réitéré l’année dernière cela doit nous permettre d’avoir une vision d’ensemble de l’évolution du patrimoine.
-    J’insisterais plus particulièrement sur le patrimoine foncier non bâti et sur le patrimoine bâti à déclasser.
En effet comme j’ai eu l’occasion de vous l’exprimer par courrier, nous considérons qu’il y a un déséquilibre en défaveur du logement social dans les plans de constructions se réalisant sur notre commune.
J’ai proposé que soit mise à l’étude la faisabilité de créer un certain nombre de logements sociaux correspondant aux besoins des Gens modestes.
Le Directeur Général de CMH m’a indiqué qu’il favorisait la mixité sociale en implantant des logements dits « sociaux » à un prix tout à fait raisonnable, 300 000 €, dans une zone ou d’autres constructions sont accessibles pour la modique somme de 500 000 à 700 000 €.
Vous vous doutez bien que ce n’est pas ma conception de la mixité sociale ni même celle du logement social tel que nous en avons besoin dans notre commune.

➢    Je terminerais mon intervention par une remarque liée d’ailleurs au point que je viens d’évoquer.
Je suis amené à penser qu’à vos yeux, nous devons vraiment être nuls et incompétents et non dignes d’un intérêt quelconque.
Je dis cela car, toujours sur votre blog vous écrivez qu’il faut « rassembler toutes les compétences, d’où qu’elles viennent pourvu qu’elles aillent ensemble, de l’avant, sans complexe vers un avenir meilleur », et quand l’opposition pour des questions de notre niveau, vous saisit par courrier pour faire des propositions ou à minima de réfléchir à tel ou tel sujet, vous n’accusez même pas réception. Il y en a été de la sorte pour les réflexions concernant le budget 2006, concernant l’apprentissage et maintenant l’habitat social. J’en profite d’ailleurs pour remercier la presse d’avoir relayé dans leur quotidien l’intervention qui a été faite concernant ce sujet très sensible et donc important.
Même si je ne partage pas le contenu des réponses du directeur Général de CMH, je le remercie pour l’intérêt qu’il a apporté à un courrier qui ne lui était pas adressé, mais adressé au Député – Maire.  

Dire ce que l’on fait, c’est assez facile, mais faire ce que l’on dit pour certain c’est mission impossible.

Repost 0
Published by Provost Francis - dans Croix - Wasquehal
commenter cet article
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 10:30
Pour un sursaut à gauche !

Marie-George Buffet, accompagnée par les membres de son Conseil de Campagne, a déposé ce matin plus de 900 signatures au Conseil Constitutionnel.

Appelant à un sursaut à gauche, elle s’est déclarée prête pour sa part, "à relever le gant et à porter le flambeau de la gauche, d’une gauche de courage et de responsabilité".

A notre peuple, aux femmes et aux hommes qui souffrent de la politique de la droite, à celles et ceux qui sont épris de justice sociale et de liberté, je veux dire aujourd’hui solennellement qu’il y a danger.

Depuis cinq ans, la droite n’a cessé d’attaquer les salariés, les jeunes, les retraités. Depuis cinq ans, elle a rendu nos vies plus précaires, plus dures, plus violentes.

Et pourtant, la droite menace d’être reconduite au pouvoir. La gauche ne parvient pas à incarner l’espoir d’un changement en grand dans la vie de nos concitoyens.

Aujourd’hui, il faut avoir la lucidité de voir la gravité du danger. La candidate qui semble susceptible de représenter toute la gauche au second tour ne propose pas à notre peuple un projet qui change vraiment la vie. Elle ne permet donc pas que la gauche, dans sa diversité, se rassemble face à la droite. Elle désoriente profondément le peuple de gauche.

Des femmes et des hommes de gauche en viennent même à se dire que le vote pour F. Bayrou pourrait être le « vote utile » pour battre la droite ! Comme si voter à droite avait jamais permis de battre la droite...

devant ce danger, je veux appeler au sursaut. Il est temps, il est encore temps que, dans sa diversité, la gauche porte des propositions capables de la faire gagner, gouverner et réussir en répondant aux attentes et aux inquiétudes de notre peuple. Il faut répondre à l’urgence sociale qui se traduit pas tant de difficultés, de projets avortés, de vies brisées. On ne peut pas attendre pour augmenter fortement les salaires, les retraites et les minima sociaux ; pour éradiquer le fléau du chômage ; pour donner un avenir aux jeunes ; pour mettre des centaines de milliers de logements sociaux de qualité en construction ; pour garantir les missions de l’école ou des hôpitaux ; pour engager un grand plan de défense et d’extension des services publics ; pour restaurer la protection sociale.

La gauche dispose pourtant de tous les moyens pour réussir.

L’argent ? Il y en a beaucoup, si on veut s’en donner les moyens. 100 milliards de profits pour les entreprises du CAC 40, 65 milliards de cadeaux aux entreprises, 40 milliards de fraude aux impôts, 40 autres de « niches » fiscales, 10 milliards de baisse d’impôts des plus riches depuis 2002. A côté de ça, le SMIC à 1500 euros tout de suite « coûterait », dans un premier temps, à peine 10 milliards d’euros et il relancerait une croissance exsangue faute de pouvoir d’achat !

Pour réussir, mobilisons cet argent vers des activités socialement utiles, au lieu de le laisser filer dans les poches des actionnaires, pour des investissements financiers et des délocalisations.

Pour réussir, donnons enfin aux citoyens et aux salariés les droits et les pouvoirs nouveaux leur permettant d’intervenir directement dans les choix qui les concernent ! Comment pourrons nous arrêter ces délocalisations sans donner aux salariés les moyens de contrer ces actionnaires qui jouent chaque jour la finance contre l’emploi ? Pour réussir, il faut retirer immédiatement la signature de la France du Traité constitutionnel européen ; envoyer dès l’été prochain un grand signal aux autres peuples pour leur proposer de rompre en Europe avec les logiques ultra-libérales de la « concurrence libre et non faussée » ; mettre à profit la présidence française du Conseil européen en 2008 afin de proposer de nouveaux traités ; mettre tout le poids de la France afin que l’Europe contribue à un ordre du monde plus juste et plus démocratique, orienté vers la paix et le co-développement.

Aux hommes et aux femmes de notre pays, je veux donc dire qu’un véritable changement est possible et qu’il n’y a aucune fatalité à continuer à vivre comme l’on vous fait vivre aujourd’hui.

Cet espoir, toute la gauche peut l’incarner. Je suis pour ma part prête à relever le gant et à porter le flambeau de la gauche, d’une gauche de courage et de responsabilité, une gauche fidèle à ses valeurs et à ses combats.

La droite n’a pas gagné. Qui, aujourd’hui, a vraiment tranché ce qu’il votera le 22 avril, sinon toutes celles et ceux qui veulent forcer la main des électeurs au nom d’un soi-disant « vote utile » ?

Le vote utile, c’est d’abord le vote utile à vous-mêmes, à votre famille, à vos proches. Le vote utile, c’est le vote qui répond à vos attentes, le vote qui porte votre espoir d’un véritable changement en France !

Le vote utile à gauche, c’est le vote qui sort de la spirale des échecs et des renoncements pour mettre en avant les valeurs de justice sociale, d’égalité, de solidarité !

Si vous aussi vous voulez cela, dites-le. Dites qu’il est temps maintenant de voter pour vous. Dites-le autour de vous. Nous sommes en réalité des millions à penser, à espérer cela. Faisons ensemble une chaîne humaine qui prenne corps et bouscule les scénarios ficelés d’avance, comme le non avait bousculé le oui à la constitution libérale en 2005. c’est toute cette dynamique nécessaire à la victoire et la réussite de la gauche que je veux porter dans cette élection.

Alors l’espoir renaîtra dans notre peuple. Le 22 avril, la gauche aura retrouvé ses couleurs et ses forces. L’importance du vote pour le projet que je porte constituera un môle garantissant l’avenir. Et s’ouvrira devant nous le chemin de la victoire pour gouverner et réussir ensemble.
Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 10:20
Avec un ministère de l'immigration  et de l'identité nationale, est-ce la France que nous prépare  le petit  menteur ??? ?

Vous vous souvenez ?... 
Celui qui a promis qu'il ne privatiserait pas EDF et Gaz de

France et qui 2 ans aprés à ouvert le capital des entreprises nationaliséees au service du Public pour les intérets de la Finance !



Halte au National - Sarkozysme !!!!!
Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 14:54

Avant le Meeting d'AVION,
Marie George Buffet, qui était invité
à Denain par la Fédération du Nord du PCF,
a répondu aux questions, aux interrogations de 400 représentants du monde du Travail.



Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 17:54
Chantiers de l'Atlantique : l'emploi passe à la moulinette

Les salariés d’Aker Yards France, anciennement « Chantiers de l’Atlantique », fleuron de la construction navale française, bradé il y a 14 mois par Alstom et l’Etat français au constructeur norvégien Aker, viennent d’apprendre par voie de presse que ce dernier avait décidé de vendre ses parts...

C’est une magnifique plus-value financière qui se profile pour Aker, tant l’industrie navale est aujourd’hui rentable : en 2006, Aker Yards a réalisé un bénéfice net de 128,9 millions d’euros en 2006, en hausse de 33,5% sur 2005, et son carnet de commandes a cru de 104%.


Mais comme l’activité aux Etats-Unis, plus gros débouché pour les paquebots de croisières qui sont l’une des spécialités des « Chantiers de l’Atlantique », marque un peu le pas, le temps était venu de vendre, afin de rentabiliser au maximum...

A qui ? Mystère. Mais comment ne pas voir que derrière cette grande braderie, ce sont bientôt des financiers qui mettront la main sur une industrie de pointe, aujourd’hui riche du savoir-faire et de compétences technologiques remarquables de ses salariés ? La menace est réelle que les Chantiers de l’Atlantique, après tant d’autres usines et filières industrielles de notre pays, tombe dans l’escarcelle de rapaces complètement désintéressés du développement à long terme de l’industrie navale.

Aussi, combien de temps encore l’Etat devra-t-il laisser, sans réagir, des actionnaires jouer au Monopoly avec nos industries et nos emplois ? Combien de temps encore devra-t-on sacrifier nos emplois et la vie de villes comme Saint-Nazaire, juste pour honorer tous les dogmes de l’économie de marché ?

Tout de suite, le gouvernement doit faire suspendre cette décision inique qui, après l’annonce du plan Power 8 sur Airbus, fait peser des risques considérables sur l’emploi et l’avenir du bassin de Saint Nazaire, notamment chez les salariés de la sous-traitance ! Tout de suite, je demande le retrait du plan « Marine 2010 », mis en place par le PDG d’Alstom alors sous « tente à oxygène » de l’Etat, et son complément le plan « 1+1=3 » mis en place par l’actionnaire norvégien.

Alstom doit être placé devant ses responsabilités. Il détient toujours 25% du capital d’Aker Yards et ce, jusqu’en 2010. Il y a injecté 300 millions d’euros pour qu’Aker condescende à prendre le contrôle des Chantiers de l’Atlantique, ce qui aurait été impossible sans le soutien de l’Etat. Aussi, parce qu’il revient à l’Etat de veiller à ce que les aides publiques versées pour Alstom servent bien l’emploi, pas la finance, je demande la remise à plat de l’ensemble de l’accord passé avec Aker il y a 14 mois !

Enfin, devant cette nouvelle menace sur un pan essentiel de notre industrie, je renouvelle ma demande d’une session extraordinaire du Parlement afin que l’on se saisisse enfin de tous les dossiers industriels en cours avec, notamment, l’aéronautique, la navale, l’automobile, Alcatel-Lucent…

Plus largement, l’avenir des chantiers de l’Atlantique concerne avant tout les salariés, leurs organisations syndicales, les élus et la population du bassin de Saint Nazaire ! C’est à eux que doit revenir le droit de décider de l’avenir des chantiers, pas à leurs lointains actionnaires !

Il faut bien savoir, tant la puissance des financiers est grande, que l’on ne sauvera pas l’emploi industriel sans donner de nouveaux droits d’intervention et de gestion aux salariés dans les entreprises. On ne développera pas l’emploi, les qualifications, la recherche et l’investissement sans faire primer les projets alternatifs des salariés sur les logiques financières des actionnaires.

L’Homme ou les marchés. C’est là, à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle, tout le choix laissé aux Françaises et aux Français ! Devant cette alternative, je le dis solennellement. Il y a urgence à prendre le virage de l’humanité !

Marie-George Buffet, Candidate de la gauche populaire et antilibérale
Repost 0
Published by Provost Francis - dans Election Présidentielle
commenter cet article